Des Palestiniens fuyant la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, lors d’une offensive terrestre et aérienne israélienne sur la ville, le mardi 28 mai 2024. [AP Photo/abdel Kareem]

Par Jordan Shilton

La mort de faim de deux enfants dans le centre de Gaza en une semaine alimente l’inquiétude que la famine s’est installée dans de vastes étendues de l’enclave. Près d’un mois après le début de l’assaut meurtrier des Forces de défense israéliennes (FDI) sur Rafah, les livraisons d’aide à Gaza ont chuté des deux tiers et 20 organisations humanitaires internationales avertissent que leurs opérations sont «au bord de l’effondrement».

Une déclaration conjointe publiée la semaine dernière par Save the Children International, Médecins sans frontières (MSF), OXFAM et d’autres agences humanitaires dénonce le «filet erratique» de l’aide à Gaza qui créait «le mirage d’un meilleur accès».

La déclaration conjointe avertit: «Les organisations humanitaires craignent désormais une accélération des décès dus à la famine, à la maladie et au refus d’assistance médicale, tandis que les points d’entrée terrestres et maritimes restent effectivement fermés à une aide humanitaire significative, qui a désespérément besoin de carburant, et que les attaques dans les zones abritant des civils s’intensifient.»

Depuis que l’armée israélienne a commencé son assaut sur Rafah, le poste-frontière de Rafah a été fermé pour les livraisons d’aide, tandis que le passage depuis Israël de Karem Shalom a été pratiquement inaccessible en raison des opérations militaires. Dans le cadre de leur offensive terrestre à grande échelle, l’armée israélienne a bouclé la frontière égyptienne de Gaza. Des dizaines de Palestiniens continuent de mourir dans les frappes aériennes et les bombardements quotidiens, le bilan officiel atteignant lundi 36 400 morts.

Les deux enfants morts de faim étaient Fayiz Abu Ataya, âgé de sept mois, et un enfant de 13 ans, tous deux à Deir el-Balah, dans le centre de Gaza. Les experts humanitaires craignent que ce ne soit là que la partie visible de l’iceberg. Comme l’a déclaré Jonathan Crickx, chef de la communication de l’UNICEF en Palestine, au Guardian: «Dans des crises similaires dans le monde, selon l’expérience de l’UNICEF, les enfants ne meurent généralement pas de malnutrition et de déshydratation dans les hôpitaux, ils meurent à la maison, dans la rue ou là où ils se sont réfugiés. Cela signifie que les décès d’enfants dus à la malnutrition signalés ne représentent qu’une partie du bilan total. Il est à juste titre préoccupant qu’à Gaza aussi, il y ait un nombre important d’enfants touchés par la malnutrition qui ne sont pas représentés dans les chiffres rapportés ».

Soulignant l’ampleur horrifiante des décès qui se profilent dus à la famine, il a ajouté: «Si les fournitures nutritionnelles, en particulier les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, utilisés pour lutter contre la malnutrition chez les enfants, ne peuvent être distribués, le traitement de plus de 3 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sera interrompu».

Matthew Hollingworth, chef du Programme alimentaire mondial pour la Palestine, a résumé sans détours la situation désastreuse dans le centre et le sud de Gaza: « Nous avons environ une semaine avant que les gens n’épuisent toutes les aides qu’ils ont pu recevoir en avril et début mai».

La déclaration publiée le 28 mai par les organisations humanitaires accuse Israël d’«obstruction systématique» aux livraisons d’aide à la frontière, notant que MSF n’avait pas réussi à livrer de nouvelles fournitures à Gaza depuis le début de l’offensive de Rafah. Save the Children n’a plus d’itinéraire de sortie de Gaza pour les enfants nécessitant des soins médicaux.

La déclaration critique le quai flottant parrainé par les États-Unis et les annonces d’ouverture de points de passage frontaliers depuis Israël dans le nord de Gaza comme des «changements cosmétiques». Selon les chiffres de l’ONU, seuls 1 000 camions d’aide sont arrivés à Gaza par tous les points de passage, y compris le quai, du 7 au 27 mai. Entre 500 et 600 camions d’aide chaque jour sont considérés comme le minimum nécessaire pour répondre aux besoins fondamentaux des 2,3 millions d’habitants de Gaza.

Par ailleurs, les organisations humanitaires contestent l’affirmation d’Israël selon laquelle le nombre de camions entrant à Gaza avait augmenté tout au long du mois de mai. Ils soulignent que les chiffres d’Israël ne font aucune distinction entre les camions entièrement chargés et partiellement chargés, n’ont pas de norme pour déterminer la taille d’un véhicule considéré comme un camion et comptent les camions arrivés du côté israélien du checkpoint plutôt que le nombre réel de camions qui parviennent à Gaza. Du côté égyptien du point de passage de Rafah, environ 2 000 camions attendraient avec des fournitures, y compris de la nourriture en décomposition.

Un autre rapport de l’Organisation mondiale de la santé basé sur une enquête menée en mai révèle que quatre enfants sur cinq n’avaient « pas mangé pendant une journée entière au moins » pendant une période de trois jours. « Ce sont des enfants de moins de cinq ans qui ne reçoivent pas de nourriture toute la journée », a commenté la porte-parole de l’OMS, la Dre Margaret Harris. « Alors, vous demandez:  ‘Est-ce que les fournitures passent?’ Non, les enfants meurent de faim ».

L’assaut génocidaire d’Israël a mis en ruines les bâtiments d’habitation et toutes les infrastructures nécessaires à la vie civilisée moderne. Selon les dernières estimations de l’ONU, 55 pour cent de tous les bâtiments de Gaza ont été détruits ou endommagés depuis qu’Israël a lancé son attaque le 7 octobre. L’évaluation satellitaire effectuée par le Centre satellitaire des Nations Unies a révélé que 36 591 structures avaient été détruites, 16 513 gravement endommagées, 47 368 modérément endommagées et 36 825 possiblement endommagées.

Toutes les universités de l’enclave ont été détruites, ainsi que des centaines d’écoles. La plupart des hôpitaux ont cessé de fonctionner. Le PAM (Le Programme alimentaire mondial) a rapporté la semaine dernière qu’un centre de traitement des enfants souffrant de malnutrition à l’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza, a cessé de fonctionner dû au manque de fournitures.

L’éclatement d’un tuyau d’égout à Khan Younis lundi, entraînant l’inondation d’un campement de tentes par des eaux usées, illustre les conditions barbares imposées aux Palestiniens par le régime sioniste. Des informations montrent des familles se démenant pour extraire leurs quelques affaires des tentes détruites alors que les gens pataugent dans les eaux d’égout. Les travailleurs ont déclaré ne pas avoir les outils appropriés pour réparer correctement la conduite. Khan Younis est devenu ces dernières semaines l’un des centres pour ceux fuyant Rafah. Selon les dernières projections, plus d’un million de personnes ont fui la ville la plus méridionale de l’enclave depuis le 6 mai, et 1,7 million de personnes se sont entassées à Khan Younis et dans les zones environnantes du centre de Gaza.

Les conditions inhumaines imposées à la population de Gaza, qui ressemblent à celles d’un camp de concentration nazi, font partie d’une politique délibérée menée par le régime israélien. Le gouvernement d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahou a clairement exprimé à plusieurs reprises son intention de nettoyer ethniquement Gaza et d’utiliser la famine comme arme de guerre [article en anglais]. Le régime considère les Palestiniens comme des «animaux humains», selon les mots du ministre de la Défense Yoav Gallant.

Le major-général à la retraite Giora Eiland, conseiller de Gallant, a écrit à la mi-novembre: «La communauté internationale nous met en garde contre une grave catastrophe humanitaire et de graves épidémies. Nous ne devons pas nous laisser arrêter par ça. Après tout, de graves épidémies dans le sud de Gaza nous rapprocheront de la victoire et réduiront les pertes parmi les soldats des FDI».

Le génocide lancé par Israël contre les Palestiniens continue de jouir du soutien total des puissances impérialistes, comme elles l’ont fait depuis le début. Les bombes massives utilisées pour dévaster Gaza ont été fournies par les États-Unis, qui ont déclaré à maintes reprises qu’ils ne connaissaient pas de «lignes rouges» pour Israël.

Washington et ses alliés impérialistes européens se sont concentrés sur la défense du régime sioniste contre toute critique, tout en réprimant impitoyablement tous les manifestants anti-génocide. Après que la Cour internationale de justice eut ordonné la fin de l’opération militaire à Rafah, Washington a simplement nié qu’une opération «majeure» avait lieu, alors même que des chars déferlaient sur le centre de la ville et que l’armée israélienne massacrait des dizaines de personnes déplacées dans deux bombardements barbares de camps de réfugiés, situés dans des zones dites « sûres ».

(Article paru en anglais le 4 juin 2024)

Source : WSWS
https://www.wsws.org/fr/…

Laisser un commentaire