Un soldat de l’armée américaine prépare la grue pour le chargement du système de missiles tactiques de l’armée (ATACMS) sur le système de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS) dans le Queensland, en Australie, le 26 juillet 2023. [AP Photo/Sgt. 1st Class Andrew Dickson]

Par Jordan Shilton

Le président américain Joe Biden a approuvé le tir de missiles américains vers la Russie par le régime ukrainien d’extrême droite, tandis que le président français Emmanuel Macron pourrait annoncer le déploiement de «formateurs militaires» dans le pays dès la semaine prochaine.

Ces développements soulignent la manière dont les puissances impérialistes américaines et européennes intensifient de manière imprudente la guerre avec la Russie dotée de l’arme nucléaire en vue d’une conflagration mondiale, qui ne peut être arrêtée que par la mobilisation politique de la classe ouvrière internationale.

«Le président a récemment demandé à son équipe de veiller à ce que l’Ukraine soit en mesure d’utiliser des armes américaines à des fins de contre-attaque à Kharkiv», selon un fonctionnaire américain. Cette révélation fait suite à la réunion de l’assemblée parlementaire de l’OTAN qui s’est tenue lundi à Sofia, la capitale bulgare, au cours de laquelle l’alliance militaire s’est engagée à infliger une «défaite stratégique» à la Russie en Ukraine. Ces développements montrent clairement que les dirigeants de l’impérialisme américain sont en train d’intensifier rapidement la guerre avec la Russie, un État doté de l’arme nucléaire.

Le postulat apparent de Biden et de ses conseillers est que Poutine ne ripostera pas et qu’ils sont donc libres d’attaquer la Russie. Il s’agit d’une hypothèse extraordinairement imprudente, d’autant plus qu’elle oblige Poutine à leur prouver le contraire. En outre, Poutine peut tout aussi bien supposer que l’OTAN ne réagira pas à une attaque en recourant immédiatement aux armes nucléaires. Bien entendu, Poutine fait ainsi pression sur l’OTAN pour qu’elle lui prouve qu’il a tort.

C’est ainsi que se déroule l’escalade vers la guerre nucléaire. Chaque partie est obligée de prouver que les calculs stratégiques de ses adversaires sont erronés. Ils se placent dans un piège dont ils ne peuvent s’échapper.

Les impérialistes européens sont des acteurs de premier plan de l’escalade de la guerre. L’Allemagne, qui a fourni plus d’armes à l’Ukraine que n’importe quel autre pays, à l’exception des États-Unis, a annoncé jeudi une nouvelle livraison d’équipements militaires à Kiev pour un montant de 500 millions d’euros. Un diplomate anonyme qui parlait à l’agence de Reuters de la décision imminente de Macron d’envoyer des troupes en Ukraine a déclaré: «Les arrangements sont très avancés, et nous pourrions nous attendre à quelque chose la semaine prochaine.»

Les impérialistes misent tout sur la guerre pour réaliser leurs ambitions mondiales en essayant de trouver un moyen de sortir de leurs crises sociales et politiques internes insolubles. Ils ont montré jusqu’où ils étaient prêts à aller en se rendant complices du génocide des Palestiniens par Israël.

Comme l’a écrit David North, président du comité de rédaction international du World Socialist Web Site sur X, «Le gouvernement Biden, ayant décidé d’autoriser des attaques directes contre la Russie, met au défi Poutine de riposter contre l’OTAN. Il est probable qu’il le fera, et ce n’est alors qu’une question de temps avant que le conflit ne dégénère en utilisation d’armes nucléaires.»

North a observé que l’état d’esprit «d’insouciance totale» qui règne à Washington et dans les capitales européennes est motivé par la croyance «illusoire» que le régime nationaliste réactionnaire de Poutine ne ripostera pas s’il est attaqué par l’OTAN. Il s’agit de la dernière d’une série d’erreurs de calcul désastreuses commises par Biden, le chancelier allemand Scholz, Macron et le Premier ministre britannique Sunak depuis le début de la guerre.

Les sanctions adoptées contre la Russie au début de la guerre étaient censées provoquer l’effondrement de son économie, ce qui n’a pas été le cas. La grande «contre-offensive» ukrainienne, présentée par les médias occidentaux comme un tournant dans la guerre, s’est avérée être une débâcle. Elle a largement contribué aux quelque 500.000 vies ukrainiennes sacrifiées comme chair à canon par les puissances impérialistes.

Bret Stephens, qui a affirmé dans une tribune publiée cette semaine dans le New York Times que les dirigeants sont canonisés s’ils remportent des «victoires moralement compromises» dans les guerres en supprimant toutes les limites à leurs actions, avait écrit l’année dernière que la contre-offensive ukrainienne serait la «fin de la partie» pour la Russie et lui infligerait une «défaite écrasante et indubitable».

Le large consensus en faveur d’une agression et d’une brutalité débridées dans la guerre contre la Russie signifie que les classes dirigeantes ont perdu la tête.

Pendant la guerre froide, l’impérialisme américain a reconnu certaines limites à ses actions pour éviter de déclencher l’apocalypse nucléaire. Le général Douglas MacArthur a été renvoyé pendant la guerre de Corée pour avoir préconisé l’utilisation d’une bombe nucléaire contre les troupes chinoises. Lors de la crise des missiles de Cuba en 1962, le désir des hauts commandants militaires de bombarder Cuba a été mis de côté. Mais aujourd’hui, confrontée à des crises nationales et mondiales qui s’entrecroisent et pour lesquelles elle n’a pas de solution progressiste, la classe capitaliste a décidé d’adopter une voie qui mène à la guerre totale.

Posant la question décisive, North a poursuivi: «Maintenant vient l’erreur de calcul la plus grave et la plus catastrophique de toutes: que l’OTAN puisse lancer des attaques sur le territoire russe sans être soumise à des contre-attaques. Comment Biden, Scholz, Macron, Sunak ou Starmer réagiront-ils lorsque le contraire va se produire?»

Aucun des dirigeants impérialistes d’Amérique du Nord ou d’Europe ne se sent obligé de dire à la population combien de vies supplémentaires ils sont prêts à sacrifier pour Wall Street et les bourses de Francfort, Paris et Londres. Dans un passage extraordinaire d’un article du New York Times publié avant la décision de Biden, David Sanger écrit: «Mais si M. Biden change de cap, les responsables admettent qu’il ne l’annoncera probablement jamais. Au lieu de cela, les obus d’artillerie et les missiles américains commenceront simplement à pleuvoir sur des cibles militaires russes.»

La folie des impérialistes a des racines objectives très précises. Découlant de la faillite historique du capitalisme mondial, qui se trouve déchiré par des contradictions pour lesquelles ils n’ont pas de solution, ils sont contraints d’intensifier massivement la guerre avec la Russie dans le cadre d’un redécoupage global du monde. Au XXe siècle, les fous impérialistes des Première et Seconde Guerres mondiales ont plongé l’humanité dans une barbarie sans précédent pour tenter de surmonter le conflit entre les intérêts économiques et géostratégiques nationaux de la classe dirigeante de chaque pays et le caractère mondial de la vie économique.

Les mêmes intérêts de classe qui ont fait des millions de morts dans les tranchées du front occidental et dans les chambres à gaz des nazis pendant l’Holocauste poussent aujourd’hui les puissances impérialistes à risquer la survie même de l’humanité dans un conflit nucléaire au nom de leurs ambitions prédatrices mondiales. Ces intérêts sont la soumission de la Russie au statut de semi-colonie afin de piller ses ressources naturelles, le soutien à la «solution finale» israélienne de la question palestinienne dans le cadre des préparatifs d’une guerre contre l’Iran, et la préparation d’une guerre avec la Chine pour le contrôle de la masse continentale eurasienne.

L’escalade incessante de la guerre impérialiste contre la Russie doit être évitée par la lutte pour la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière contre la guerre et le système de profit capitaliste qui l’engendre. Comme l’écrivait le World Socialist Web Site au début de l’année:

Les perspectives pour l’humanité seraient sombres s’il n’y avait pas le fait historiquement vérifié que les contradictions qui conduisent le capitalisme à la destruction mettent également en mouvement les conditions de son renversement et de la réorganisation de la société sur des bases nouvelles et progressistes, c’est-à-dire socialistes. Le potentiel de cette réorganisation est enraciné dans l’être objectif de la classe ouvrière. La lutte des classes est le moyen par lequel la possibilité objective de la réorganisation socialiste est réalisée dans la pratique.

La justesse de cette analyse a été démontrée par la croissance rapide de l’opposition au génocide de Gaza, y compris la grève des travailleurs universitaires en cours à l’université de Californie pour protester contre la répression policière des manifestants anti-génocide.

La tâche politique urgente à laquelle sont confrontés les travailleurs au niveau international est de fusionner leurs luttes contre les mesures d’austérité capitalistes et les attaques contre leurs salaires et leurs conditions de travail avec les manifestations antiguerre en plein essor sur les campus et au-delà.

C’est la classe ouvrière, qui produit toutes les richesses de la société, qui peut et doit arrêter la machine de guerre impérialiste en stoppant la production d’armes et en unifiant les travailleurs de tous les pays, y compris la Russie et l’Ukraine, dans une lutte politique pour la transformation socialiste de la société.

Tout dépend maintenant de la construction du Comité international de la Quatrième Internationale, la direction politique socialiste révolutionnaire qui lutte pour développer la croissance de l’opposition sociale dans la classe ouvrière en un mouvement conscient pour le socialisme.

(Article paru en anglais le 31 mai 2024)

Source : WSWS
https://www.wsws.org/fr/…

Laisser un commentaire