Par le CPI

Jérusalem occupée – CPI

Le service sioniste de renseignement extérieur (Mossad) a déclaré que les médiateurs ont transmis à l’équipe de négociation la réponse du mouvement Hamas à la proposition d’échange de prisonniers et que Tel Aviv l’étudiera.

Cela est tenu dans un communiqué du Mossad, publié mercredi soir, par le bureau du Premier ministre sioniste, Benjamin Netanyahu, via la plateforme « X ».

Le communiqué souligne : « Les médiateurs (Egypte et Qatar) ont transmis à l’équipe de négociation sioniste la réponse du Hamas à la proposition de libération des personnes enlevées. »

« l’Occupation nazie sioniste (Israël) étudie la réponse et enverra sa réponse aux médiateurs », a-t-il révélé, sans plus de détails.

Cela a coïncidé avec un message du mouvement Hamas sur Telegram dans lequel il disait : « Nous avons échangé quelques idées avec les frères médiateurs (l’Égypte et le Qatar) dans le but de mettre fin à l’agression génocidaire brutale contre notre peuple palestinien », sans plus de détails.

Le Conseil de guerre d’Occupation sioniste avait précédemment voté un plan visant à libérer tous les prisonniers sionistes, en une seule fois ou en trois étapes, présenté par le président américain Joe Biden, fin mai dernier.

De son côté, la chaîne privée hébreu n° 12 a déclaré que les grandes lignes de l’accord avaient été formulées, avant que l’armée sioniste ne prenne le contrôle de l’axe de Philadelphie à Rafah (sud), et donc, même si le Hamas était d’accord, on s’attend à ce qu’il y ait un désaccord fondamental sur le maintien de la présence de l’armée sioniste dans l’axe.

La chaîne hébreu a cité une source politique sioniste anonyme disant : « Même si le Hamas répond positivement aux grandes lignes, les négociations prendront beaucoup de temps. »

La chaîne a indiqué que la 8e clause de la proposition reste un sujet de désaccord entre l’entité sioniste et le Hamas.

La 8e clause stipule : « Au plus tard le 16ème jour après le cessez-le-feu de la première phase, des négociations indirectes débuteront entre les deux parties pour convenir des conditions de mise en œuvre de la 2e phase, y compris tout ce qui concerne les clés de la libération des personnes enlevées et les prisonniers.

La chaîne a indiqué que le Hamas souhaite supprimer le mot « y compris » et le remplacer par le mot « uniquement », ce qui signifie qu’à ce stade, on discutera de la question des clés de l’échange de prisonniers, sans que l’Occupation sioniste ne formule d’exigences sur d’autres questions telles que le retrait des armes de la bande de Gaza.

Pour sa part, le journal hébreu Yedioth Ahronoth a déclaré : « Il est important que l’entité usurpatrice sioniste(Israël) garantisse les dispositions en matière de sécurité et d’autres questions, et que la question des clés soit discutée, entre autres questions. »

Il a ajouté : « Il est important que le Hamas veille à ce que le cessez-le-feu temporaire devienne automatiquement permanent. »

Le journal a noté que « les craintes du Hamas sont dues aux déclarations claires de Netanyahu sur son intention de reprendre les combats ».

La semaine dernière, Netanyahu a déclenché une tempête politique et la colère des familles des prisonniers, lorsqu’il a déclaré à la chaîne privée n°14, qui lui est proche, qu’il était prêt à un accord partiel pour restituer certains des prisonniers détenus à Gaza, soulignant la nécessité de reprendre la guerre, après la trêve pour atteindre ses objectifs.

Cependant, Netanyahu est revenu sur ses déclarations et a déclaré devant l’Assemblée générale de la Knesset : « Nous ne mettrons pas fin à la guerre, tant que nous n’aurons pas rendu toutes les personnes kidnappées, vivantes et mortes, et que nous serons attachés à la proposition sioniste que Biden a saluée. »

Avec la médiation du Qatar, de l’Égypte et des États-Unis, les factions palestiniennes de Gaza et de l’entité usurpatrice nazie sioniste(Israël) mènent, depuis des mois, des négociations indirectes hésitantes pour parvenir à un accord qui sera le deuxième du genre depuis le déclenchement de la guerre le 7 octobre. , 2023, qui a fait plus de 125 000 martyrs et blessés palestiniens, pour la plupart des enfants et des femmes et plus de 10 000 disparus, dans un contexte de destruction massive et de famine qui a coûté la vie à des dizaines d’enfants.

L’Occupation néonazie sioniste poursuit cette guerre génocidaire barbare, ignorant les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, visant à y mettre fin immédiatement, ainsi que les ordres de la Cour internationale de Justice de mettre fin à l’invasion de Rafah, de prendre des mesures pour prévenir les actes de génocide et d’améliorer la misérable situation humanitaire à Gaza.

Source : CPI
https://french.palinfo.com/…

Laisser un commentaire