Macron, Le Maire, Attal : une équipe « gagnante ». D.R.

Par Mohsen Abdelmoumen

Selon Bruno Le Maire, l’économie de la France va bien. Et pourtant la France va mal. Très mal. Cela n’allait déjà pas très bien sous Sarkozy et Hollande, mais depuis l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron placé à la tête de la France par l’oligarchie qui dirige le monde, la situation se dégrade de plus en plus. Rappelons que Macron était un Young Global Leader avant d’avoir été recruté par les Rothschild en tant que banquier, pour ensuite être coaché par Jacques Attali comme ministre de l’Economie dans le gouvernement Hollande. Le Young Global Leaders est une organisation créée par le patron du World Economic Forum, le vieux fasciste dégénéré Klaus Schwab, organisation gérée depuis Genève en Suisse et qui enrôle des jeunes gens considérés comme « prometteurs » afin de les destiner à jouer des rôles de dirigeants politiques, d’entreprises, des médias, etc. dans la société, après avoir été dûment formatés, cela va de soi. Car leur tâche est de mettre en place les objectifs de l’oligarchie dominante et dont le WEF est le représentant. Il est intéressant de noter que le conseiller de Schwab est « l’historien » israélien Yuval Noah Harari qui a commis des livres où il arrange l’histoire de l’humanité à sa sauce, ce qui lui a valu bien des critiques de la part des scientifiques. Cela ne porterait pas vraiment à conséquence s’il n’était pas un enragé de la surveillance totale des masses et du transhumanisme, et s’il ne considérait pas les Palestiniens comme des cobayes dans un laboratoire. Un vrai nazisioniste par excellence !

Young Global Leaders au service de l’oligarchie mondiale

Les Young Global Leaders sont sous la houlette d’un conseil d’administration constitué de douze leaders mondiaux parmi lesquels on trouve la reine de Jordanie, Rania Al-Yassin, le cofondateur de Wikipédia, l’homme d’affaires américain Jimmy Wales, ou encore la patronne de Yahoo!, la femme d’affaires américaine Marissa Ann Mayer. Parmi les Young Global Leaders, on trouve, outre Emmanuel Macron : le Premier ministre belge Alexander De Croo, l’ex-Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, adepte de poudre blanche (mais ne le sont-ils pas tous ?), la pire ministre des Affaires étrangères que l’Allemagne ait connue, à savoir Annalena Baerbock, appelée aussi Miss 360° en référence à son expertise en géométrie, l’ancienne ministre et Secrétaire d’Etat française Marlène Schiappa, empêtrée dans l’affaire frauduleuse du Fonds Marianne, décrite comme une harpie par les membres de son cabinet qui ont démissionné les uns après les autres, et par ailleurs auteure de romans érotiques consacrés aux pratiques sexuelles sous le pseudonyme de Marie Minelli, citons aussi le Premier ministre canadien Justin Trudeau, que certaines sources affirment très très « proche » d’Emmanuel Macron, le patron de Meta ex-Facebook, Mark Zuckerberg, le patron de X ancien Twitter, Elon Musk, l’ex-Première ministre finlandaise Sanna Marin, la fan des boîtes de nuit, ou encore Leonardo Di Caprio, l’actrice Charlize Theron, ancienne compagne de Sean Penn, et qui habille ses enfants avec des vêtements du sexe opposé, Jack Ma, le patron chinois d’Ali Baba, et pour terminer, entre autres, le Premier ministre français Gabriel Attal dont nous parlerons un peu plus loin. Si certains d’entre eux ont développé un certain talent, la plupart sont d’une médiocrité lamentable, mais peu importe, leur seule tâche est de servir les intérêts de l’oligarchie mondiale. Pour ce faire, ils ont infiltré tous les rouages de la société et des institutions.

L’économie russe ruinée, avez-vous dit ?

Les présentations étant faites, venons-en au vif du sujet. Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, qui avait prédit le 1er mars 2022 qu’il provoquerait l’effondrement de l’économie russe, est un optimiste invétéré. Et qui se berce d’illusions, comme on le voit avec sa prophétie sur son pouvoir et celui de ses pairs européens de ruiner de quelque manière que ce soit l‘économie de la Fédération de Russie. En effet, depuis les multiples sanctions imposées par l’Union européenne à la Russie suite au lancement de l’Opération spéciale en Ukraine le 24 février 2022, l’économie russe n’a jamais été aussi florissante avec une hausse de 3.2% de son PIB en 2024. Par contre, on ne peut pas en dire autant de l’économie française qui plonge dans les abîmes de la dette, puisque celle-ci atteint aujourd’hui plus de 3 100 milliards d’euros, soit 1000 milliards de plus depuis l’accession au pouvoir de Macron en mai 2017 et la nomination de Le Maire au ministère de l’Economie. Ce trou de 1000 milliards d’euros supplémentaires qui remplit le ministre de fierté, comme en atteste son tweet du 7 mai dernier dans lequel il se disait « fier du travail accompli avec Emmanuel Macron pour transformer l’économie française et la faire entrer plus puissante dans le XXIe siècle », ou qui, ce 1er juin, prétend sur un média mainstream qu’il a sauvé l’économie française, devraient encourager les Français à se poser des questions sur la santé mentale de leurs dirigeants en général et celle de leur ministre de l’économie en particulier, surtout après l’annonce vendredi dernier de l’agence de notation américaine S&P qui a abaissé la note souveraine de la France de « AA » à « AA- ». Mais qu’attendre d’un ministre qui, lorsqu’il était député, entre 2007 et 2013, a octroyé à son épouse Pauline un poste de complaisance à temps plein comme assistante parlementaire au sein de l’Assemblée nationale, emploi rémunéré à raison de 4 600 euros net par mois ? De plus, à l’instar de son ex-collègue Marlène Schiappa, Le Maire verse aussi dans la « littérature » érotique, où l’orifice rectal est mis à l’honneur.

L’art de duper les masses

En voyant la façon dont agissent et s’expriment les politiciens français, on se demande souvent s’ils ne sont pas : a) complètement déments, b) sous influence (alcool ou drogue, ou encore les deux), c) atteints d’une psychose qui les enferme dans le déni de la réalité. Il semblerait qu’ils cumulent toutes ces tares simultanément. Il y a encore une autre possibilité, et qui n’est pas des moindres : « l’art » de duper les masses. Si certains citoyens, particulièrement endormis, se laissent encore convaincre, la grande majorité d’entre eux se rend bien compte, en voyant le coût de la vie et la misère galopante qui s’installe, que le gouvernement Macron a réussi le tour de force en 7 ans de pouvoir à mettre l’économie, non pas russe mais française, à genoux. Il est vrai que l’on a rarement vu un tel panel d’olibrius au sein d’un même gouvernement. Tous trimballent des casseroles et il faudrait écrire un livre pour les énumérer. La nomination d’un gamin aux dents longues – Gabriel Attal – au poste de Premier ministre et la désignation de son ex-compagnon, un autre gamin ambitieux – Stéphane Séjourné – à la tête des Affaires étrangères alors que la seule expérience de ce dernier en la matière est d’avoir « voyagé » laisseraient pantois le plus blasé des analystes politiques. Sans parler d’un président lunatique affublé de son vieux mari transgenre bien connu d’Alger puisqu’il y a été inscrit à la Faculté centrale en 1963. Rappelons que lors du voyage de Macron en Algérie en 2017, « Brigitte » avait demandé à visiter la Faculté centrale où, disait-elle, elle avait des souvenirs, déclaration reprise à l’époque par la presse algérienne. Or, la Faculté centrale d’Alger n’a aucun souvenir d’une Brigitte Trogneux mais bien d’un Jean-Michel Trogneux… La visite prévue avait été annulée mais la faculté avait eu droit à des travaux de réfection pour l’occasion. En tout cas, on peut aisément dire qu’Emmanuel Macron a fait de l’Elysée une succursale de la cage aux folles, mais en moins drôle. 

Cependant, dette ou pas dette, Le Maire distribue l’argent qu’il n’a pas. Ainsi, en déplacement au Maroc les 25 et 26 avril derniers, il a annoncé vouloir octroyer un prêt de 350 millions d’euros à l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) pour favoriser l’hydrogène vert. C’est le roitelet débauché qui doit être content puisqu’il est le propriétaire de l’OCP. Et un cadeau-bonus de 800 000 euros sera également offert à un Institut de recherche de Bousbirland, afin qu’il se penche sur l’hydrogène décarboné. Le ministre français a aussi déclaré que la France financerait le réseau électrique reliant Dakhla à Casablanca afin de transporter l’électricité produite en territoire sahraoui vers Casablanca. On le voit, Bruno Le Maire ne s’embarrasse pas du « détail » de la colonisation du Sahara occidental et inscrit la France, de ce fait, dans l’illégalité puisqu’elle va à l’encontre des résolutions de l’ONU. Notons que Dakhla est doublement colonisée, puisque l’entité sioniste d’Israël a plongé ses serres de rapace dans la région du Rio de Oro.

La France, premier pays européen exportateur d’armes à l’entité sioniste d’Israël

Cela nous amène à l’asservissement de la France à l’entité sioniste d’Israël. Ainsi, alors que l’armée sioniste commençait son opération criminelle contre la population de Gaza à Rafah, avait lieu à Paris le dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) où se sont affichés de nombreux ministres français dont le juvénile Premier ministre Gabriel Attal, l’ancien Premier ministre Edouard Philippe (moins frais), attablés en compagnie de l’inénarrable et pompeux sioniste notoire, le fat va-t-en-guerre BHL. Afin de prouver sa totale soumission à l’entité sioniste, Gabriel Nissim Attal a évoqué sa grand-mère juive Janine Weill au début de son discours pour ensuite faire une longue tirade sur l’antisémitisme. Difficile d’être plus servile et Attal mérite assurément la médaille du parfait petit laquais d’Israël. Et donc, dans la foulée, voilà que l’on apprend que le grand-père paternel du Premier ministre français était un juif sépharade tunisien arrivé en France en 1937 et qui a épousé une juive parisienne ashkénaze. En remontant dans le temps, on trouve même un rabbin grec de Corfou et encore plus loin, un agent de police à… Alger ! Côté maternel, Marie de Couriss, mère du jeune prodige Gabriel, est une chrétienne orthodoxe qui descend, paraît-il, d’une famille de Russes blancs d’Odessa et, dans une branche maternelle, d’aristocrates français. Et, histoire d’épater la galerie, on trouve au jeune Premier ministre des cousins dans la plupart des cours royales européennes. Rien de moins ! Bref, tout ce qu’il faut pour tenter de donner de l’épaisseur à un personnage, somme toute assez insignifiant, sans expérience, sans stature, mais à l’ambition démesurée. Un Macron numéro deux, en quelque sorte.

L’aplaventrisme de la France à l’entité sioniste d’Israël n’est pas près de changer avec un Premier ministre qui revendique sa filiation juive au dîner du Crif. Il est d’ailleurs intéressant de savoir que le pays des « droits de l’Homme » et « des Lumières » est le premier exportateur européen d’armes vers Israël. Fin octobre 2023, la France a livré en secret à l’entité sioniste 100 000 pièces de cartouches fabriquées par Eurolinks, une société marseillaise spécialisée dans la fabrication d’équipements militaires, ces pièces étant destinées aux fusils mitrailleurs qui massacrent le peuple palestinien. La France exporte principalement vers l’entité sioniste d’Israël des composants dans des secteurs de pointe comme les drones, les avions de reconnaissance, les lasers, l’optronique (systèmes utilisant à la fois l’optique et l’électronique), la détection optique, etc. Néanmoins, tout se fait dans le plus grand secret. Seul le rapport 2023 du ministère français des Armées a établi que depuis 2013, la France a vendu pour 208 millions d’euros de matériel militaire à Israël, dont 25,6 millions en 2022, auxquels s’ajoutent près de 9 millions d’euros d’autorisations d’exports d’armes de catégorie militaire ML4. Il est pourtant avéré que la France est signataire depuis 2013 du traité des Nations unies sur le commerce des armes (TCA), qui interdit aux États la vente d’armes s’ils ont « connaissance que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l’humanité, des violations graves des conventions de Genèvede 1949, des attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil et protégés comme tels, ou d’autres crimes de guerre ». Le régime français considère sans doute que le massacre quotidien à ciel ouvert commis par l’armée criminelle sioniste envers le peuple palestinien n’enfreint pas les conventions de Genève et bien entendu, ne comptez pas sur les médias chiens de garde pour ébruiter ce fait. Cette information fait du régime français le complice du génocide commis par Israël à l’encontre du peuple palestinien et doit figurer sur le banc des accusés à la Cour pénale internationale au même titre que Netanyahou et Galant. 

On ne peut pas citer tous les politiciens français qui se couchent devant l’entité nazisioniste tant ils sont nombreux, ils sont même majoritaires. Evoquons à titre d’exemple le cas de Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale et membre du parti macronien, qui vient de sanctionner deux députés de La France Insoumise (LFI) pour avoir brandi le drapeau palestinien en pleine séance de l’Assemblée. Les députés Sébastien Delogu et Rachel Kéké ont été exclus pour deux semaines de l’Assemblée et privés de la moitié de leur indemnité parlementaire pendant deux mois. Par contre, Madame Braun-Pivet n’hésite pas à arborer le drapeau israélien sur le revers de sa veste pour bien marquer son soutien à l’entité nazisioniste, puisqu’elle est issue de l’immigration slave et juive à la fois polonaise et allemande. Et toute personne qui ose la critiquer est frappée d’anathème et taxée « d’antisémitisme ». Une pétition qui a récolté plus de 240 000 signatures circule d’ailleurs pour exiger la même sanction à son égard que celle qu’elle a infligée au député Delogu. Et que dire du député binational franco-israélien Meyer Habib, membre du Betar, sioniste notoire ami du boucher Netanyahou et soutien fervent du massacre des enfants palestiniens, qui s’est baladé dans l’Assemblée française avec une kippa ? Ses déclarations racistes à l’égard des Palestiniens pour encourager le massacre du peuple gazaouis lui valent des critiques virulentes de la part des députés LFI mais il est à chaque fois défendu bec et ongles par sa coreligionnaire Yaël Braun-Pivet.

Bousbir et la diplomatie « rapprochée »

On atteint des sommets de flagornerie quand on associe la France et le Maroc, ce dernier obtenant la palme puisqu’entièrement soumis à la France et à l’entité sioniste d’Israël. Ce n’est pas pour rien que le Maroc a signé les accords d’Abraham. Souvenons-nous de la cérémonie des Molières, le 6 mai dernier, au moment où les hordes sionistes massacraient le peuple palestinien à Gaza, aux portes de Rafah. Cet événement festif des Molières avait lieu aux Folies Bergère au cours duquel on remettait les récompenses aux personnalités du monde du théâtre. C’est à l’« humoriste » bousbirienne Sophia Aram qu’avait été dévolue la tâche de prononcer le discours d’ouverture pro-israélien qui a reçu des applaudissements nourris de la part du public présent dans la salle, constitué de gens issus du monde du show-business, de la politique et de la presse. Il faut dire que la politique, la presse et le show biz sont étroitement liés en France. Il n’est pas rare de trouver des couples mixtes, l’un des protagonistes étant dans la politique, l’autre dans le show biz ou la presse, par exemple le noceur impénitent et ex-président François Hollande qui quittait son bureau à l’Elysée pour courir faire des galipettes avec l’actrice Julie Gayet dans un appartement appartenant à la mafia corse « Brise de mer », pendant que sa maîtresse attitrée, folle de jalousie, cassait le patrimoine mobilier et la vaisselle de l’Elysée, ou encore le caméléon atlantiste libéral Raphaël Glucksmann, ancien conseiller de l’ex-président géorgien Mikheil Saakachvili, ex-époux de la géorgienne-ukrainienne Eka Zgouladze, grand ami de BHL, et aujourd’hui en couple avec l’animatrice de télévision Léa Salamé. Bref, en bonne Bousbirienne, Sophia Aram n’avait pas lésiné pour caresser la bête sioniste dans le sens du poil en tapant sur la résistance palestinienne. Néanmoins, quand on est la fille d’une ancienne adjointe PS du maire de Trappes condamnée en 2011 à deux ans de prison dont six mois ferme pour escroquerie envers des sans-papiers, on devrait s’abstenir de donner des leçons de morale. Mais qu’attendre d’autre d’une Bousbirienne sioniste appartenant à la même caste que les Gad Elmaleh, Djamel Debbouze, etc. ?

On ne se formalisera pas non plus de voir des femmes ministres marocaines se livrer à la diplomatie « rapprochée » ou diplomatie « fessière » pour ramener des investisseurs. Chassez le naturel, il revient au galop. Les traditions de Bousbir ne s’oublient pas et les Marocaines, héritières du savoir-faire de leurs aïeules prostituées, sont championnes dans ce domaine. Ainsi la ministre marocaine de la transition énergétique Leila Benali s’est retrouvée au cœur d’un scandale révélé par la presse australienne le 25 mai dernier lorsqu’une photo a été publiée montrant une femme embrassant amoureusement le milliardaire australien Andrew Forrest, fondateur du groupe minier Fortescue Metals et deuxième fortune d’Australie, dans un parc à Paris. Deux jours plus tard, soit le 27 mai, le journal australien The Australian a révélé le nom de la femme qui échangeait un baiser langoureux avec le milliardaire, au grand dam du Makhzen, car il s’agissait de la ministre bousbirienne Leila Benali. Cela s’appelle mettre du cœur à l’ouvrage et nous ne pouvons manquer de saluer le dévouement et l’abnégation de la ministre qui n’hésite pas à payer de sa personne. Pensons aussi à la franco-marocaine Rachida Dati, une autre harpie, qui produit de faux CV, dont deux de ses frères ont été écroués pour trafic de drogue, et qui a été mise en examen en 2021 pour corruption passive et recel d’abus de pouvoir. Une Garde des Sceaux mise en examen avec deux frères trafiquants de drogue, il faut être marocain pour le voir. Dati aura aussi marqué l’histoire de la politique en confondant « inflation » et « fellation » au cours d’une interview consacrée à l’économie. Eh oui, c’est toujours une question d’argent, n’est-ce pas Mesdames ? Aaah ! Ces Bousbiriennes !

Les Jeux Olympiques d’été à Paris, entre la peste et le choléra

Pour poursuivre dans le glauque, début mai, une grave pollution s’est déclarée dans la Seine à Conflans aux portes de Paris. Suite à une panne de trois pompes du réseau d’évacuation, 50.000 litres d’eaux usées ont été déversées dans la Seine au lieu d’être conduites dans les stations d’épuration, l’accumulation dans le fleuve de déchets ménagers tels que lingettes, serviettes hygiéniques, excréments, tampons, cotons-tiges, et autres détritus étant à l’origine de la panne. C’est l’une des conséquences de milliers de mauvais branchements, les eaux des latrines étant déversées dans le réseau des eaux de pluies, lequel n’est pas filtré et passe directement dans la Seine. A cela, selon divers prélèvements, on peut ajouter de fortes concentrations de bactéries comme les E. coli et entérocoques, et autres joyeusetés. Ayons une pensée émue pour les futurs concurrents des épreuves nautiques lors des prochains Jeux Olympiques qui auront lieu du 26 juillet au 11 août, puisque les épreuves dans l’eau se dérouleront dans la Seine. On peut prévoir que ces Jeux Olympiques ressembleront au « Trek Rose » qui s’était déroulé en octobre 2023 au Maroc et qui s’était terminé en cauchemar pour les concurrentes, nombre d’entre elles ayant dû être rapatriées et hospitalisées pour une infection à l’E. coli provoquée par la proximité de la cuisine du camp avec les toilettes en plein air infestées de mouches. D’ailleurs, on apprend que les futurs vacanciers en partance pour le Maroc sont priés d’être vigilants concernant l’eau potable, car ils risquent de connaître les mêmes déboires cités ci-dessus. Il leur est même recommandé de fermer la bouche en prenant leur douche, selon le Britannique Andy Ellis, expert chez Posh.co.uk. Quoi qu’il en soit, à Paris, entre les rats dont la maire Anne Hidalgo fait l’élevage dans les rues de la capitale et le bouillon de culture présent dans la Seine, avec une Drag Queen « porteuse » de la flamme olympique, ces Jeux Olympiques d’été vont assurément être sensationnels !

Les attaques contre l’Algérie, dérive fasciste

La droite et l’extrême-droite françaises rivalisent de déclarations à caractère raciste et revanchard à l’égard des Algériens, comme Eric Ciotti et Marion Maréchal nous l’ont démontré récemment. « On va plutôt leur rendre les Algériens clandestins, fichés S, criminels et chômeurs de longue durée » a éructé Marion Maréchal, tête de liste du parti d’Eric Zemmour, suite à la demande officielle de l’Algérie pour que la France lui restitue des biens lui appartenant. Eric Ciotti du parti Les Républicains a renchéri en publiant sur son compte Twitter « Transmettons également à l’Algérie la liste des délinquants qu’ils doivent reprendre chez eux ». Qui s’étonnera de ces dérives fascistes lorsqu’on voit des centaines de néonazis du « Comité du 9 mai », un salmigondis de « rats noirs » (symbole du GUD, Groupe Union Défense), de membres de la jeunesse du Front national et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, défiler dans les rues de Paris le 11 mai après en avoir été autorisés par le tribunal administratif de Paris ? Face à un climat de ruine économique, de déliquescence sociale et de débâcle politique avec des « élus » impliqués dans la corruption et la débauche, dont la pédophilie avec une moyenne de 160 000 abus sexuels sur mineurs par an, sujet d’un autre article, la France renoue avec ses vieux démons fascistes comme au bon vieux temps de la Cagoule, de l’OAS et autres organismes nauséabonds. La France pue ! Elle a perdu son lustre des Lumières et s’enfonce dans la puanteur des ténèbres boueuses de ses eaux usées.

Oui, la France et toute l’Europe s’enlisent à nouveau dans le fascisme qui réapparaît toujours lorsque que le capitalisme est en crise. Cette tendance s’est accentuée avec le conflit en Ukraine où l’Europe, à la botte de l’empire, a affiché son soutien suicidaire au régime nazi d’une Ukraine nostalgique du sinistre criminel Stepan Bandera. A l’anniversaire du débarquement en Normandie le 6 juin, c’est le président illégitime cocaïnomane ukrainien qui est à l’honneur, alors que la Russie qui a combattu et terrassé le IIIe Reich au prix de 29 millions de martyrs est évincée. Et le vieux Tom Jones peut s’égosiller tant qu’il veut pour honorer ceux qui sont tombés sur les plages de Normandie, sans la force et la bravoure de l’Armée rouge qui a déferlé sur l’Allemagne, l’Europe entière aurait parlé allemand. Au cours de cette farce mémorielle du 6 juin, ce qui sert de président à la France a profité de son discours pour faire sa campagne électorale, alertant sur la menace d’une nouvelle guerre en Europe. Il oublie de préciser que si guerre il y a en Europe, il en sera l’un des artisans puisque des officiers français sont présents depuis le début du conflit sur le terrain ukrainien pour former les forces ukrainiennes, qu’il a fourni au régime nazi de Kiev 3.8 milliards d’euros en moins d’un an, en liquide et sous forme d’équipement militaire tel que différentes armes, canons, missiles, munitions et véhicules (voir le site de l’armée française https://www.defense.gouv.fr/actualites/ukraine-france-dresse-bilan-equipements-militaires-livres) et enfin qu’il a envoyé, outre des mercenaires, la Légion étrangère en Ukraine pour combattre la Russie, s’inscrivant dangereusement et follement dans une nouvelle escalade du conflit.

Ces dirigeants qui paradent en Normandie ce 6 juin en conjuguant à l’infini les mots « liberté », qui n’existe pas en Occident, et « paix », alors qu’ils soutiennent à coups de milliards les massacreurs d’enfants qu’ils soient sionistes ou ukrainiens, méprisent le sang des peuples qui dégouline de leurs costumes chics. Il leur en faut davantage. Honte à cet Occident en perdition et à ses dirigeants de pacotille. Ils sont en faillite morale, économique, politique, alors qu’un monde plus juste se construit sans eux. Toute leur histoire est truffée de mensonges, mais partout les peuples s’éveillent et refusent de se soumettre aux diktats de l’hégémon. Le monde occidental est fini et l’avenir appartient au monde multipolaire. Capitalisme, impérialisme, colonialisme, sont des concepts qui n’ont pas d’avenir dans ce nouveau monde qui s’ouvre devant nous. La spoliation des terres de la Palestine et du Sahara occidental, l’oppression criminelle colonialiste israélienne et marocaine sur le peuples palestiniens et sahraouis, tout cela aura une fin. Ces entités voyous sont à l’agonie et l’Occident qui les soutient n’est plus le centre du monde. Il a été battu sur deux fronts majeurs que sont l’Ukraine et la Palestine. Il faudra qu’il l’admette sinon sa folie nous emportera tous.

NB: L’article ayant été écrit juste avant les élections, il me semble utile d’ajouter au regard des résultats des urnes que les Français se sont exprimés en montrant leur rejet massif du régime de Macron et de sa politique de soumission aux injonctions de l’oligarchie mondiale représentée par le WEF. La gauche étant disqualifiée depuis longtemps par ses errements successifs et par un manque absolu de vision, c’est à l’extrême-droite que sont allés les votes. Le RN de Marine Le Pen récolte 31 % des voix, soit le double du parti macronien. C’est l’Europe toute entière qui se raidit dans le conservatisme de droite, rejetant les dirigeants mondialistes et bellicistes, mais la France fait mieux que tout le monde en optant pour la noirceur d’un régime fasciste comme au bon vieux temps de Vichy. Le pire est à craindre.

Mohsen Abdelmoumen

Source : auteur
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Laisser un commentaire