Par le CPI

New York – CPI

Les experts des Nations Unies ont exhorté les pays restants qui n’ont pas reconnu l’État de Palestine à prendre cette mesure, qui a été prise par les 146 pays, et à utiliser toutes les méthodes politiques et diplomatiques disponibles pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Les experts ont souligné dans un communiqué de presse : « Cette reconnaissance est une reconnaissance importante des droits du peuple palestinien, de sa lutte et de ses souffrances pour la liberté et l’indépendance. »

Ils ont ajouté : « La Palestine doit pouvoir jouir de la pleine autodétermination, y compris la capacité d’exister, de déterminer son destin et de se développer librement en tant que peuple bénéficiant de la sûreté et de la sécurité. »

Les experts ont déclaré : « C’est une condition préalable à une paix durable en Palestine et dans l’ensemble du Moyen-Orient, à commencer par l’annonce immédiate d’un cessez-le-feu à Gaza et de l’absence de nouvelles incursions militaires à Rafah. »

Les experts ont salué la reconnaissance du territoire palestinien occupé par la Norvège, l’Irlande et l’Espagne, après que l’Assemblée générale a voté à une écrasante majorité de 143 voix contre neuf, en faveur de la candidature de la Palestine à devenir membre à part entière de l’ONU en mai. M

Ils ont ajouté : « Même si la perspective d’une paix durable et d’une fin de l’occupation est restée insaisissable depuis les accords d’Oslo il y a plus de 30 ans, une solution politique ne doit pas être tenue pour acquise. »

Ils ont souligné que « la solution à deux États reste la seule voie internationalement convenue pour parvenir à la paix et à la sécurité pour la Palestine et Israël et une issue aux cycles de violence et de ressentiment qui perdurent au fil des générations ».

Les experts ont également confirmé que la mesure prise par le procureur de la Cour pénale internationale pour demander l’émission de mandats d’arrêt contre le Premier ministre israélien et son ministre de la Guerre, soupçonnés d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, était une promesse de responsabilisation et de la justice, pour mettre fin à l’impunité dans les territoires palestiniens occupés.

Les experts ont souligné que « les États doivent s’abstenir de menaces et d’attaques contre la Cour pénale internationale et la Cour internationale de Justice, et ces tribunaux doivent fonctionner sans ingérence ni menaces étrangères, pour tenir la promesse d’une justice mondiale et d’une responsabilité individuelle pour toutes les victimes des conflits. .»

Le 15 novembre 1988, l’Organisation de libération de la Palestine a officiellement déclaré l’État de Palestine et revendiqué la souveraineté sur les parties restantes de la Palestine historique occupées par Israël en 1967 : la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et la bande de Gaza.

Source : CPI
https://french.palinfo.com/…

Laisser un commentaire