Après que plus de la moitié de la population de Gaza ait trouvé refuge dans la ville frontalière de Rafah, Israël continue son horrible jeu. Des centaines de milliers de personnes sont forcées de fuir, une fois de plus. Nous publions ci-dessous un nouveau texte de Chris Hedge.

Les bourreaux volontaires d’Israël

« Courez, demandent les Israéliens, courez pour sauver votre vie.

Fuyez Rafah comme vous avez fui la ville de Gaza, comme vous avez couru depuis Jabalia, comme vous avez fui Deir al-Balah, comme vous avez fui Beit Hanoun, comme vous avez fui Bani Suheila, comme vous avez fui Khan Yunis.

Courez ou nous vous tuerons.

Nous larguerons des bombes anti-bunker d’une tonne sur vos campements de tentes. Nous vous aspergerons de balles à partir de nos drones équipés de mitrailleuses. Nous vous pilonnerons avec de l’artillerie et des chars. Nous vous abattrons avec des tireurs d’élite. Nous décimerons vos tentes, vos camps de réfugiés, vos villes et villages, vos maisons, vos écoles, vos hôpitaux et vos stations d’épuration. Nous ferons pleuvoir la mort du ciel.

Courez pour sauver vos vies.

Encore et encore et encore. Emballez les quelques affaires pathétiques qu’il vous reste. Couvertures. Quelques pots. Quelques vêtements. Nous ne nous soucions pas de savoir à quel point vous êtes épuisé, à quel point vous avez faim, à quel point vous êtes terrifié, à quel point vous êtes malade, à quel point vous êtes vieux ou à quel point vous êtes jeune.

Courir. Courir. Courir.

Et quand vous courez terrorisés dans une partie de Gaza, nous vous ferons faire demi-tour et courir vers une autre. Piégé dans un labyrinthe de mort. D’avant en arrière. De haut en bas. D’un côté à l’autre. Six. Sept. Huit fois. Nous jouons avec vous comme des souris dans un piège. Ensuite, nous vous expulserons pour que vous ne puissiez jamais revenir.

Ou nous vous tuerons.

Que le monde dénonce notre génocide. Qu’est-ce qu’on s’en soucie ? Les milliards d ‘aide militaire affluent sans contrôle de notre allié américain. Les avions de chasse. Les obus d’artillerie. Les chars. Les bombes. Une offre inépuisable. Nous tuons des enfants par milliers.  Nous tuons des femmes et des personnes âgées par milliers. Les malades et les blessés, sans médicaments ni hôpitaux, meurent. Nous empoisonnons l’eau. Nous avons coupé la nourriture. Nous vous faisons mourir de faim. Nous avons créé cet enfer. Nous sommes les maîtres. Loi et devoir. C’est un code de conduite. Il n’existe pas pour nous.

Mais d’abord, nous jouons avec vous. Nous vous humilions. Nous vous terrorisons. Nous nous délectons de votre peur. Nous sommes amusés par vos tentatives pathétiques de survivre. Vous n’êtes pas humain. Vous êtes des créatures. Des untermeschs. Nous nous délectons de notre notre soif de domination. Regardez nos publications sur les réseaux sociaux. Elles sont devenues virales. L’une montre des soldats souriants dans une maison palestinienne avec les propriétaires ligotés et les yeux bandés en arrière-plan. Nous pillons. Tapis. Cosmétiques. Motos. Joaillerie. Montres. De l’argent. Or. Antiquités. Nous rions de votre misère. Nous applaudissons votre mort. Nous célébrons notre religion, notre nation, notre identité, notre supériorité, en niant et en effaçant les vôtres.

La dépravation est morale. L’atrocité devient de l’héroïsme. Le génocide est la rédemption.

Jean Améry, qui a fait partie de la résistance belge pendant la Seconde Guerre mondiale et qui a été capturé et torturé par la Gestapo en 1943, définit le sadisme « comme la négation radicale de l’autre, la négation simultanée du principe social et du principe de réalité. Dans le monde des sadiques, la torture, la destruction et la mort triomphent : et un tel monde n’a clairement aucun espoir de survie ». Au contraire, il désire transcender le monde, atteindre la souveraineté totale en niant les autres êtres humains – qu’il considère comme représentant un type particulier d’enfer.

De retour à Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Netanya, Ramat Gan, Petah Tikva, qui sommes-nous ? Lave-vaisselle et mécaniciens. Ouvriers d’usine, collecteurs d’impôts et chauffeurs de taxi. Les éboueurs et les employés de bureau. Mais à Gaza, nous sommes des demi-dieux. Nous pouvons tuer un Palestinien qui ne se déshabille pas, ne tombe pas à genoux, ne demande pas grâce, les mains liées derrière le dos. Nous pouvons le faire à des enfants dès l’âge de 12 ans et à des hommes dès l’âge de 70 ans.

Il n’y a pas de contraintes légales. Il n’y a pas de code moral. Il n’y a que le frisson enivrant d’exiger des formes de soumission de plus en plus grandes et des formes d’humiliation de plus en plus abjectes.

Nous pouvons nous sentir insignifiants en Israël, mais ici, à Gaza, nous sommes King Kong, un petit tyran sur un petit trône. Nous marchons à grands pas dans les décombres de Gaza, entourés par la puissance des armes industrielles, capables de pulvériser en un instant des immeubles d’habitation et des quartiers entiers, et nous disons, comme Vishnu, « maintenant je suis devenu la mort, le destructeur des mondes ».

Mais nous ne nous contentons pas de tuer. Nous voulons que les morts-vivants rendent hommage à notre divinité.

C’est le jeu qui se joue à Gaza. C’était le jeu joué pendant la sale guerre en Argentine lorsque la junte militaire a fait « disparaître » 30 000 de ses propres citoyens. Les « disparus » ont été soumis à la torture – qui ne peut pas qualifier de torture ce qui arrive aux Palestiniens à Gaza ? – et humiliés avant d’être assassinés. C’est le jeu qui s’est joué dans les centres de torture et les prisons clandestins du Salvador et de l’Irak. C’est ce qui a caractérisé la guerre en Bosnie dans les camps de concentration serbes.

Cette maladie qui écrase l’âme nous traverse comme un courant électrique. Il infecte tous les crimes à Gaza. Il infecte chaque mot qui sort de notre bouche. Nous, les vainqueurs, sommes glorieux. Les Palestiniens ne sont rien. Vermine. Ils seront oubliés.

Le journaliste israélien Yinon Magal dans l’émission « Hapatriotim » sur la chaîne israélienne Channel 14, a plaisanté en disant que la ligne rouge de Joe Biden était le meurtre de 30 000 Palestiniens. Le chanteur Kobi Peretz a demandé si c’était le nombre de morts pour une journée. Le public a éclaté en applaudissements et en rires.

Nous plaçons des boîtes de conserve ressemblant à des boîtes de conserve dans les décombres. Les Palestiniens affamés sont blessés ou tués lorsqu’ils les ouvrent. Nous diffusons des cris de femmes et des pleurs de bébés depuis des quadricoptères pour attirer les Palestiniens afin que nous puissions les abattre. Nous annonçons des points de distribution de nourriture et utilisons l’artillerie et les tireurs embusqués pour perpétrer des massacres.

Nous sommes l’orchestre de cette danse macabre.

Dans la nouvelle de Joseph Conrad « An Outpost of Progress », il parle de deux commerçants européens blancs, Carlier et Kayerts. Ils sont affectés à une station commerciale éloignée au Congo. La mission répandra la « civilisation » européenne en Afrique. Mais l’ennui et le manque de contraintes transforment rapidement les deux hommes en bêtes. Ils échangent des esclaves contre de l’ivoire. Ils se disputent à cause de la diminution des réserves de nourriture. Kayerts tire et tue son compagnon non armé Carlier.

« C’étaient deux individus parfaitement insignifiants et incapables », écrit Conrad à propos de Kayerts et Carlier : « dont l’existence n’est rendue possible que par la haute organisation des foules civilisées. Peu d’hommes se rendent compte que leur vie, l’essence même de leur caractère, leurs capacités et leurs audaces, ne sont que l’expression de leur croyance en la sécurité de leur environnement. Le courage, le sang-froid, la confiance ; les émotions et les principes ; toute grande pensée insignifiante n’appartient pas à l’individu, mais à la foule ; à la foule qui croit aveuglément à la force irrésistible de ses institutions et de ses mœurs, au pouvoir de sa police et de son opinion. Mais le contact avec la sauvagerie pure et absolue, avec la nature primitive et l’homme primitif, apporte un trouble soudain et profond dans le cœur. Au sentiment d’être seul de son espèce, à la perception claire de la solitude de ses pensées, de ses sensations, à la négation de l’habituel, qui est sans danger, s’ajoute l’affirmation de l’inhabituel, qui est dangereux ; une suggestion de choses vagues, incontrôlables et répugnantes, dont l’intrusion déconcertante excite l’imagination et met à l’épreuve les nerfs civilisés des insensés et des sages. »

Rafah est le prix au bout du chemin. Rafah est le grand champ de la mort où nous massacrerons les Palestiniens à une échelle jamais vue dans ce génocide. Regardez-nous. Ce sera une orgie de sang et de mort. Il sera de proportions bibliques. Personne ne nous arrêtera. Nous tuons dans un paroxysme d’excitation.

Nous sommes des dieux.

Source : Vu du Droit
https://www.vududroit.com/…

Laisser un commentaire