Par Masar Badil

Nous relayons ci-dessous le communiqué de Masar Badil, la voie alternative révolutionnaire palestinienne, à l’occasion du 34ᵉ anniversaire de l’Intifada de 1987. 

Nous affronterons l’entité sioniste et les forces qui ont fait avorter l’Intifada et dilapidé ses acquis.

Ensemble, nous marchons vers l’unité de notre mouvement palestinien féministe, syndical et étudiant partout dans le monde.

Nous appelons à participer à l’organisation de la Conférence nationale des étudiants palestiniens en 2022.

***

Notre peuple arabe palestinien commémore ces jours-ci le 34e anniversaire du déclenchement du grand soulèvement populaire qui a éclaté le 8 décembre 1987 au cœur du camp de réfugiés de Jabalia, dans la bande de Gaza, après le crime délibéré d’un chauffeur de camion sioniste, dans lequel plusieurs travailleurs palestiniens ont été tués. Cela a poussé notre peuple palestinien à se lever, à se renouveler et à se révolter contre l’occupation sioniste et ses crimes atroces qui n’ont pas cessé un seul instant depuis que les pieds du colonialisme et des gangs criminels sionistes ont posé le pied sur la terre de Palestine en 1917, qui a ensuite établi l’entité sioniste après le déplacement forcé de notre peuple et son déracinement de sa patrie en 1948.

L’Intifada des pierres en 1987, qui a duré 6 ans d’affilée, a été la plus longue révolution populaire de l’histoire de l’humanité pour un peuple sans défense croupissant sous le joug du colonialisme raciste. Un soulèvement populaire massif et large auquel ont participé tous les segments de nos masses, à l’intérieur et à l’extérieur de la patrie, a changé l’équilibre et les équations, a vaincu le pouvoir et les armes de l’occupant. Et elle a annoncé au monde que la Palestine occupée abrite un peuple rebelle, incapable d’être brisé ou dompté, déterminé à poursuivre son soulèvement jusqu’à la liberté et la victoire.

C’est la grande et bénie Intifada populaire dans laquelle les pierres, les cocktails Molotov et les slogans muraux sont devenus des outils de combat et des armes dans les mains d’hommes, de femmes et d’enfants affrontant l’occupant sioniste avec toutes sortes d’armes américaines avancées, et dans laquelle les poèmes, les chansons et les chants révolutionnaires se sont transformés en éclats de vie qui renouvellent le feu et la flamme. L’Intifada plonge l’entité sioniste dans une crise existentielle qui menace de détruire les piliers de son entité raciste artificielle.

Malgré les crimes de l’armée d’occupation et des colons, notamment les assassinats, les arrestations, la répression, la politique de la « main de fer », le fait de briser les os des jeunes, de fermer les universités, d’attaquer les travailleurs et les agriculteurs, d’imposer des sièges et des couvre-feux et d’envahir les villes, les villages et les camps, et malgré tous les crimes de l’occupation et des colonisateurs sionistes, notre peuple en lutte a été capable, grâce à son unité populaire et militante, de passer dans le domaine de l’initiative populaire, d’imposer sa volonté et de pousser l’entité ennemie sioniste dans une situation historique difficile dans laquelle tous ses masques sont tombés et toutes ses faiblesses ont été exposées.

Les objectifs des médias internationaux ont documenté les images des soldats de l’occupation poursuivant des jeunes et des enfants et brisant les os des Palestiniens. La véritable image de l’essence de la lutte palestinienne est devenue évidente lorsque l’Intifada est entrée dans chaque foyer, chaque ville et chaque capitale du monde, y compris le mot (Intifada), qui s’est installé dans les dictionnaires et les langues du monde entier, et est devenu un mouvement de libération. Un exemple et un modèle respecté par l’humanité et dont les peuples en lutte s’inspirent comme un exemple révolutionnaire et humaniste de persévérance et de désobéissance face à l’oppression de l’impérialisme, du fascisme et du racisme.

Dans ce grand soulèvement populaire, notre mouvement d’étudiants, de femmes et de travailleurs a progressé dans les rangs des volontaires révolutionnaires, et a été les piliers de la révolution populaire, le nerf principal et l’épine dorsale du soulèvement et la garantie de sa continuité, de sa permanence et de son escalade. Les masses de notre peuple en Palestine occupée en 1948 et dans la diaspora ont été les poumons palestiniens qui ont donné un souffle d’air à la flamme de la lutte nationale et ont traduit son slogan « Fournir tous les facteurs et piliers de constance et de continuité » et « vers le soutien de l’intifada par le feu ». Notre peuple a donné le meilleur de sa jeunesse, de ses étudiants et de ses travailleurs sur l’autel de la liberté, sur les places, aux frontières et sur les différents terrains de confrontation et de lutte.

Le drapeau du soulèvement du peuple béni ne cessait de se lever, jour après jour, mois après mois, resplendissant, et malgré les blessures jusqu’à ce que le soulèvement soit soumis à un massacre politique lorsque les régimes arabes réactionnaires l’ont poignardé dans le dos et que son feu et sa lumière ont été éteints par la politique de capitulation et de soumission de la direction de l’Organisation de libération de la Palestine par le pari d’entrer dans les couloirs de la liquidation et des absurdités des régimes arabes. Ces politiques et les résultats catastrophiques qui en ont découlé ont non seulement réduit à néant les réalisations de l’Intifada, mais ont également constitué un coup de poignard empoisonné, mais aussi établi l’état de siège et de perte, dans lequel le peuple palestinien vit aujourd’hui, affrontant seul, presque tous les projets d’annulation et de liquidation.

Nous, au sein de Masar Badil, saluons aujourd’hui les âmes des martyrs et les sacrifices de notre peuple dans toutes ses révolutions et soulèvements populaires et armés tout au long de son histoire de lutte contre le colonisateur sioniste, inspirés par les leçons de son grand soulèvement de 1987, et saluons notre peuple inébranlable dans la patrie et la diaspora, et nous rappelons à nous-mêmes et aux autres, que les affrontements populaires à Jérusalem, Cheikh Jarrah, Dheisheh, Beita et d’autres, le soulèvement du 20 mai 21 qui s’est étendu à Haïfa, Nazareth, Umm al-Fahm et au Néguev, la victoire de la volonté de nos prisonniers héroïques d’arracher leur liberté par le tunnel de la liberté et l’escalade de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, sont autant de signes et de preuves de la poursuite de la flamme de notre lutte de libération nationale, malgré tous les obstacles et toutes les difficultés.

Dans le même temps, nous saluons l’avant-garde du mouvement de lutte des étudiants en Jordanie, qui s’est soulevé pour rejeter les accords économiques et les projets de normalisation avec l’occupant sioniste. Et nous saluons particulièrement nos étudiants dans les prisons de l’occupation, et nous renouvelons notre engagement envers nos étudiants qui résistent dans la partie palestinienne occupée en 1948, dans les camps de réfugiés en Syrie, au Liban et dans toutes les communautés de notre peuple en diaspora.

À tous les étudiants palestiniens du monde entier

Aujourd’hui, à l’occasion de l’anniversaire du grand et courageux soulèvement populaire, nous vous invitons à construire des ponts de cohésion, de solidarité et d’unité, et à travailler ensemble pour unifier les efforts des étudiants afin d’organiser et de soutenir la Conférence nationale des étudiants palestiniens l’année prochaine et de redresser le mouvement étudiant palestinien et arabe, en restaurant sa position révolutionnaire et internationaliste et en développant son rôle social, scientifique, culturel et syndical pour renforcer l’unité de notre peuple, afin de réaliser ses objectifs et ses aspirations nationales ; la libération, le retour et l’exercice du droit à l’autodétermination sur notre sol national, du fleuve à la mer.

Vive le souvenir de l’Intifada populaire de 1987 !

Vive la lutte de notre peuple partout !

Ensemble pour l’unité de notre mouvement étudiant, syndical et féministe palestinien.

Nous reviendrons et nous gagnerons.

Masar Badil, le 8 décembre 2021

Source : Masar Badil – Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Source : Collectif Palestine Vaincra
https://palestinevaincra.com/…